L'idée est de mourir jeune le plus

tard possible

---.---.---.---.---.--

Le neurocientifique Dr Agustin Ibañez

est interviewé et parle des bienfaits

de la musique et de la danse du tango.

(Sur YouTube, activer les deux icônes du traducteur de langue)

--.--

---.---.---.---.---.--

Les émotions suscitées par la musique et la danse sont une source de plaisir pour notre cerveau.

Ainsi, selon le neurologue à l'Université Columbia John Krakahuer:

«Beaucoup de choses stimulent le centre de récompense de notre cerveau,

et l'un d'entre eux est sans aucun doute la réalisation de mouvements coordonnés»

Et dans le cas de la danse, deux plaisirs sont réunis:

«Des mouvements coordonnés et de la musique»

En bref, la danse, le faire bien ou mal, génère le bonheur

N de la R -

Dans le cas de la danse du tango, il faut ajouter les sentiments

qui fournit l'étreinte

--.--

---.---.---.---.---.--

-.- Cerveau et danse -.-

La danse est une manifestation culturelle inhérente à l'espèce humaine, dans toutes les cultures et dans tous les temps la danse a été présenté. Dans la danse, activité exclusivement humaine, l'individu effectue des mouvements au rythme de la musique, individuellement ou en groupe. Ainsi, la danse permet d'établir des liens de cohésion sociale, d'alignement, d'imitation, de communication. Le groupe est unifié et émotionnellement connecté pendant la danse.



Dès le plus jeune âge, nous avons commencé à bouger au rythme de la musique, avant même de parler ou de marcher. La capacité de danser apparaît naturellement et tôt, certaines études montrent comment exposer les enfants aux rythmes de différentes cultures (6 premiers mois d'exposition à des rythmes différents) sera plus facile à danser dans les étapes ultérieures; Après cette période critique (stimulai après l'année), l'enfant ne sera sensible aux rythmes de sa propre culture que durant la petite enfance. Ceci est très similaire à ce qui se passe avec la période critique pour la langue. La danse est une forme de jeu qui synchronise les systèmes cérébraux, apprendre à chanter et danser est bon pour les individus (Lawrence Parson). Comme dans le langage et la parole, dans la danse il y a un lien entre la perception sonore et le contrôle moteur. Probablement dans les étapes anciennes, l'homme a remarqué que lorsque nous marchons, nos pas génèrent un son qui a un rythme, établissant une relation entre la musique et la danse.


Dans un aspect plus physique, la danse peut être un moyen efficace d'exercer l'esprit et le corps. Les chercheurs ont décrit comment faire des activités physiques régulièrement peut généralement aider à maintenir le corps, l'esprit et à être en bonne santé à mesure que nous vieillissons. L'exercice augmente la concentration dans le cerveau de produits chimiques qui favorisent la croissance des cellules nerveuses. Lorsque nous pratiquons une danse qui nous oblige à nous souvenir des étapes et des séquences, nous stimulons le pouvoir mental lorsque nous améliorons notre mémoire.



La danse est une activité ludique, sociale et sportive. Du point de vue neurologique, la danse active les zones sensorielles, motrices et d'intégration. Danser implique de coordonner une série de mouvements corporels séquentiels, cela doit être fait dans des périodes de temps spécifiques, des temps qui sont déterminés par le rythme de la musique. Dans la danse intervient la mémoire à court et à long terme, nécessaire pour se souvenir de la séquence des mouvements; Il nécessite également la perception visuelle et la perception auditive, la coordination motrice, l'équilibre, la communication et l'empathie pour prédire les mouvements de l'autre, les mouvements du couple ou du groupe.



Les avantages dérivés de la pratique de la danse sont multiples et comprennent: des zones stimulantes telles que l'hippocampe, la zone du cerveau qui régule la mémoire, l'humeur et les zones liées à la coordination du corps. Les schémas mentaux de mouvement et de coordination avec chacun des mouvements appris sont également renforcés. Pendant la danse, la libération d'endorphines et d'autres neurotransmetteurs liés à l'affection est induite, ce qui réduit ou prévient des altérations telles que la dépression. La danse produit du plaisir parce qu'elle libère des endorphines et de la dopamine, des neurotransmetteurs impliqués dans l'affection et l'amour; Il permet également l'adhésion sociale (liée à l'ocytocine) et nous rend plus attrayant aux yeux des autres. Les mouvements coordonnés et harmoniques peuvent être des indications d'un couple sain potentiel avec une charge génétique adéquate. La musique est traitée dans des zones proches des zones d'émotion et de traitement de la mémoire; par conséquent, la musique et la danse peuvent nous faire évoquer des moments particuliers.



L'oxygénation cérébrale est également augmentée. La danse est un exercice aérobique qui aide au renforcement des muscles cardiovasculaires et squelettiques. Chez les enfants favorise la concentration, l'attention, la mémoire, le travail et de penser plus vite, et de former de nouvelles interconnexions neuronales.



Peter Lovatt, directeur du Dancing Psychologue Laboratoire à l'Université de Hertfordshire, dit que la danse aide le cerveau à générer de nouveaux chemins de pensée, de nouveaux circuits neuronaux, en particulier lorsqu'il est combiné avec le chant et la musique. La danse enseigne comment planifier et contrôler différentes tâches qui sont exécutées simultanément



Peu importe que ce soit le ballet ou la danse de salon, le tango, la salsa, le merengue ou le boléro, la danse est très utile pour aider les personnes de tous âges et de toutes capacités physiques à rester en forme, quelles que soient leurs limites physiques. Un adulte de 75 kg peut brûler environ 150 calories en pratiquant une danse sous forme modérée pendant 30 minutes.



-.- Danser comme thérapie -.-



Certaines études ont montré que la danse diminue le risque de démence. Il a été rapporté que les personnes qui pratiquent la danse de salon au moins deux fois par semaine sont moins susceptibles de souffrir de démence. Cela donne de l'espoir dans le traitement de la maladie d'Alzheimer, puisque la danse stimule l'activité préfrontale et temporelle et améliore les capacités de communication, la mémoire et l'attention. Certaines recherches ont montré que certaines personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer peuvent se souvenir de choses qu'elles avaient oubliées lorsqu'elles dansaient sur la musique qu'elles connaissaient.



D'autre part, l'effet bénéfique de la danse, en particulier le tango, a été rapporté dans la maladie de Parkinson chez les personnes âgées. Patricia McKinley a constaté que l' état cognitif améliore et le sens de l' équilibre dans Parkinson de patients, parce que dans le tango des exercices de rééducation psychomotrice , y compris pas en avant, pas en arrière, des marchepieds latéraux, pris en charge sur une jambe, à pied constituée en société droit, tourner dans un espace réduit. Il est également indiqué que la danse pourrait atténuer les dommages neuronaux laissés par cette maladie et améliorer les compétences telles que la capacité de générer de nouvelles idées créatives (pensée divergente).

Il a également étudié les effets de la danse sur l'estime de soi de ceux qui la pratiquent et pourrait renforcer notre estime de soi.



-.- GABA et danse -.-



Les scientifiques de l'Université d'Oxford ont constaté que la capacité d'apprendre des tâches compliquées (la danse est l'un d'entre eux) est proportionnelle à la quantité d'un produit chimique appelé GABA, un neurotransmetteur qui régule l'activité électrique des neurones. GABA est une plasticité importante cortex moteur frontal, une région du cerveau impliquée dans la planification, le contrôle et l'exécution des mouvements volontaires de neurotransmetteur inhibiteur Il a été rapporté qu'une réduction de 30% GABA en

augmentait la vitesse d'apprentissage de 70%. Les résultats suggèrent que le niveau de GABA peut être clé dans le cortex moteur pour réaliser les connexions neuronales qui constituent la base cellulaire de l'apprentissage et de la mémoire. Cette découverte offre une fenêtre importante dans la récupération après une lésion cérébrale, comme dans le cas d'un accident vasculaire cérébral. Réduire le GABA et stimuler des activités telles que la danse pourrait favoriser la réhabilitation du patient.



En bref, la danse est une activité neuronale dans laquelle l'émotionnel, le sensoriel, le moteur, le rationnel sont intégrés; Comme l'a dit Isadora Duncan: «Danser, c'est sentir, ressentir c'est souffrir, souffrir c'est aimer; Vous aimez, souffrez et ressentez. Tu danses! "



1-Cerveau et danse | Cerveaux modifiés - Recherche Google

Lien

2-5 Bienfaits de la Danse Sur le Cerveau Que Personne Ne Connaît.

Lien

---.---.---.---.---.--

LE TANGO ET SES RELATIONS

AVEC L'INCONSCIENT

par Dra. Raquel Tesone

Le tango et ses effets

psycho

thérapeutiques



Pourquoi la danse tango a des effets psychothérapeutiques avérés? Comme tout art, cette manifestation de l'inconscient génère, à l'instar d'autres productions artistiques, une sublimation de la libido qui se traduit par la stimulation des endorphines. Et aussi, en tant que valeur ajoutée dans cette danse particulière, il y a un facteur qui est joué d'une manière primordiale: le lien émotionnel profond qui se produit avec soi-même et avec l'autre. Comment se fait cette circulation des émotions? Cela commence de la même manière que lorsque nous sommes sortis du monde. Là, un autre nous reçoit et, dans cette première étreinte, notre psychisme est constitué comme tel. Spitz a observé que la dépression analytique chez les bébés comporte un risque de décès. Ce déchaînement de l'état d'orphelinat affectif est dû au fait qu'une mort psychique s'est produite antérieurement, qui n'est pas causée par le manque de nourriture, mais par le manque de contact affectif véhiculé par l'étreinte. Les nourrices ont pris soin des bébés et leur ont fourni du lait, mais cette étreinte fondamentale qui nourrit et façonne la psyché du chiot humain fait défaut. Cette première expérience de satisfaction dans le lien mère / enfant (mère ou substitut), cette fusion bouche / sein et la fusion des corps qui l’embrassent est nécessaire et constitutive pour le développement de tout être humain.


La musique et la poésie du tango, conjuguées au contact des corps liés dans un miroir qui tendent à ne former qu'un seul personnage, permettent aux formations de rêves inconscientes de s'exprimer de manière percutante. L'état de rêve du rêve est un état de fusion qui renvoie la symbiose avec le ventre maternel, une symbiose qui, sous sa forme psychologique, s'étend dans les bras et le regard de l'autre qui nous reçoit dans ce monde. Ces trois éléments, musique, poésie et étreinte, sont essentiels car, dès l’embrasement, les corps communiquent à un niveau sensoriel, moteur et émotionnel et un dialogue s’instaure entre eux. Cette langue particulière, est la langue de la danse tango, fait référence à l'inconscient et à la mobilisation de la libido qui circule dans le duo des bailarines. L'instinct est représenté symboliquement par le jeu de séduction stimulé dans les bras de la danse, pouvant ressentir à l'unisson la musique, sa poésie et avec le plus que les lettres de tangos accordent, plein d'images et de fantasmes intenses. Pour cette raison, nous pouvons deviner la personnalité du danseur simplement en les regardant danser ou danser, car le tango reflète notre façon de nous relier à l'autre, permettant ainsi de prendre conscience des mécanismes inconscients mis en jeu.

Dans la danse du tango, tout notre être s'exprime en transmettant et en canalisant l'émotivité qui nous lie à l'autre. Cette sociabilité qui stimule le tango comme aucune autre danse n’est un autre aspect qui fait que l’univers du tango a de multiples effets psychologiques au niveau de l’interne et des liens.


Une autre caractéristique particulière est que le lien social qui structure le tango dépasse les frontières et que sa prolifération dans le monde entier est un phénomène social et mondialisé. Vous dansez et vous apprenez le tango dans des endroits reculés de la planète. Le tango ne fait pas de distinction de sexe, d’âge, de classe sociale ou de religion; c’est une danse qui réunit. Bien qu’il existe des cercles élitistes, le tango fait partie d’un mouvement populaire intégrateur, car c’est une valeur des affects qui ils circulent quand ils s'embrassent et s'abandonnent à cette fusion de corps dans un moment historique et social où la liquidité et la marchandisation des relations humaines augmentent jour après jour. Donc, apprendre le tango, danser le tango, est un travail psychique qui pointe sans aucun doute vers la santé.


Communication

émotionnelle

à la danse du

tango


Le besoin de câlin ne semble pas accidentel à notre époque où le sentiment de solitude est causé, entre autres facteurs, par la fragmentation marquée du lien social. Le consumérisme qui vise à combler ou à combler artificiellement les désirs ou à inventer d’autres moyens adéquats - plus que les besoins réels de la personne - aux besoins du marché, nous conduit à installer l’idée de réification de l’autre, un autre comme objet disponible, et pas comme un sujet désirant. La danse du tango nous renvoie pour nous connecter avec le désir, le désir de danser et d'être contenu dans un câlin. La danse du tango nous permet de percer l'angoisse d'être séparés et de sentir que "nous ne pouvons pas faire l'un sans l'autre": nous sommes un dans un seul câlin. De plus, le jeu de l'improvisation se déroule dans un acte créatif généré et stimulé dans ce contact unique et irremplaçable avec l'autre. Nous sommes uniques en improvisant avec un autre qui est également unique. Cela vient du lieu de nous croire des objets et du produit d’une société de consommation qui crée l’illusion que le désir peut être plus que satisfait.consommé et consommé.


L’un des meilleurs exemples de la relation entre le Tango, le lien qui unit la communauté et le Commonwealth, nous l’avons tous les dimanches en plein air sur la Plaza Dorrego, avec la Milonga de la Placita del Pañuelo Blanco où des centaines de personnes dansent et d’autres spectateurs. mouvement populaire généré par le tango et par l'un de nos représentants les plus connus de l'univers du tango depuis 25 ans: "el Indio" Pedro Benavente.


Sonia Abadi, psychanalyste, dans son livre "Le bazar des câlins" fait un tour complet du langage de différents types de câlins. En fait, hommes et femmes, on peut sentir s’il ya une affinité avec l’autre pour pouvoir danser le tango. Le câlin nous permet de nous sentir confinés, soutenus, protégés et à plus d'une occasion de la sécurité, car cela nous donne une connexion d'inconscient à inconscient avec cet autre qui devient significatif.


L’étreinte dans le tango répond à ce sentiment de vide généralisé qui commence à remplir la rencontre avec un autre qui contient et donne un sentiment de complétude. Pour atteindre le tango, vous apprenez une technique puis en corporala "oublie ça." Ce genre d'oubli" en matière de danse nous permet de nous libérer de notre soumission émotionnelle et de notre confiance inconditionnelle avec l'autre, qui dépasse l'entendement. Comme dans une analyse, l'analyste doit "oublier la technique" pour placer le corps dans la relation analytique et le faire jouer à partir des émotions qui se déroulent dans le champ du lien transférentiel avec l'analysant. Tango et analyse partagent en ce sens que "entre deux" est tissé inconsciemment par rapport à l'autre.


Selon Lacan, l'Inconscient est structuré en langage et le tango nous parle avec le langage de l'Inconscient, des corps, des émotions et surtout du désir. Je veux jouer avec l'autre parce que le désir est le désir de l'autre et le moteur de la danse du tango, ce qui nous fait vibrer au rythme de son langage poétique et de sa musique.


Positionnement féminin

et

masculin

dans

la danse du tango


La danse du tango, dans sa sensualité et sa séduction inhérentes, structure le positionnement féminin et masculin en fonction de l'identité de chacun des partenaires. Par exemple, on entend dire "je me sens réévaluée en tant que femme depuis que je danse le tango", en raison, entre autres, de ce qu'il met en valeur et de ce qui bouge, une remise en question de la féminité.


Paradoxalement, face à l'indépendance économique et sociale que les femmes ont acquise à notre époque (malgré le fait qu'il reste encore beaucoup à faire pour que les conditions de travail soient égales), le contour des rôles reste inchangé. L’homme qui dirige et guide et la femme qui accompagne, bien que ces rôles ne soient pas stéréotypés, ne le devraient pas non plus, puisque tous deux sont actifs pour produire ce type de dialogue, vous pouvez également proposer. Ces rôles différenciés, qu'ils soient exercés indifféremment entre hommes et femmes ou dansés entre hommes ou entre femmes, nous placent dans la danse du tango dans une sorte d'harmonie Ying / Yang.


Dans l’embrasement, celui qui dirige enveloppe l’autre et le contenu d’un lieu masculin, l’autre se laisse envelopper et emporter dans un rôle plus réceptif et plus féminin, rôle qui n’a pas besoin d’être passif, libérer la capacité intuitive et anticipative du mouvement de l'autre.

Danser le tango, c'est transcender l'angoisse de la séparation. C'est pourquoi il est très courant d'écouter les personnes qui, après un divorce, désirent apprendre à danser le tango pour pouvoir sentir qu'il existe "l'un sans l'autre". Nous sommes un dans un seul câlin. Sera-ce pour cela que les habitués de la milonga, disons, ressentent un type de "dépendance" au tango, comme si le tango leur injectait de l’adrénaline? A ce propos, un partenaire de tango nous dit que "la milonga est ma deuxième maison. Depuis que je me suis séparé de ma femme, je viens tous les jours et je change ma façon d’être et ma vie elle-même ".


Il y a autant de styles de danse du tango qu'il y a de couples qui dansent. Selon chaque couple de danseurs, la boussole de la musique, leur poésie, on remarquera que créativité et esthétique diffèrent d'une paire de danseuses à l'autre. Certains dansent avec une étreinte plus fermée et d'autres, plus ouverts, régulant la distance avec l'autre, constituant un élément fondamental de la création de moments de communication de cette langue particulière. Certains couples utilisent une forme ou une autre forme de câlin alternativement dans le même tango. La fascination que le tango exerce du visuel, c’est que ces deux corps, s’interpénètrent dans une interdépendance et dans l’embrasement, semblent former un seul et même personnage.


Travail de reconstruction

de la subjectivité

féminine et masculine

à travers la danse

du tango


Le jeu des regards qui se croisent pour commencer à danser, a imprimé dès le départ un rituel empreint d’érotisme et de sensualité, un rituel qui, comme on le sait, formé un cortège tout à fait unique. Là, les fantasmes de l’imaginaire de toute une communauté s’expriment et constituent notre identité populaire. Cette communication corporelle et gestuelle où le regard joue un rôle fondamental nous relie au purement émotionnel, au point que la personnalité de l’autre est rapidement capturée ("il est un critique, il n’apprécie pas et il ne cesse pas de me corriger" ou "il ne me suit pas, elle est une femme très dominante ")



Dans le langage de cette danse, qui exerce le rôle féminin, doit être impliqué de manière à se fondre intuitivement et intensément dans la proposition de mutisme masculin. Bien que cela demande une concentration énorme, il s’agit d’un grand exercice de sensibilité féminine (chez l’homme de sa partie féminine), qui n’anticipe ni ne retarde le pas du guide, pour lequel nous devons apprendre à écouter l’autre. Les deux partenaires doivent garder leur propre équilibre et maintenir leur axe, les corps doivent s'adapter. Dans le rôle masculin, il est difficile d'exprimer clairement l'intention du pas avec son torse pour que l'autre l'entende. En ce sens, le tango est une métaphore de la communication dans le couple. Par conséquent, beaucoup de gens deviennent frustrés pendant l’apprentissage, et à la fois des problèmes émotionnels et des problèmes de communication



Il est évident que le tango ne se réduit pas à une technique laborieuse et méticuleuse, car il contient une série de complexités au niveau des différentes émotions qui se déclenchent au niveau de l’Inconscient. Une compagne qui danse avec son partenaire et qui se démarque baiando, dit que depuis qu'elle a des problèmes avec son partenaire, ils ne dansent plus aussi bien qu'avant: "on ne se comprend pas ou on ne danse pas le tango!". Ce manque de compréhension était si visible que lorsque j’expliquais la raison, nous avons été frappés par la magnitude avec laquelle cette situation intime avait perturbé le partenaire de danse. De ce fait, une autre particularité du tango est que même ceux qui sont experts en technique de tango et qui le dansent pendant de nombreuses années reconnaissent que se comprendre ne signifie pas la "culpabilité" de l'un ou de l'autre, ou si quelqu'un danse "mieux" que l'autre, mais par le courant qui circule dans cette paire singulière. Pour cette raison, on dit généralement dans la milonga que, avec tel ou tel "il n'y avait pas de vague et je ne pouvais pas bien danser, mais avec tel ou tel ou je peux me vanter". Pour montrer, vous devez en effet créer une bonne communication au niveau corporel et un jeu de séduction au sein du partenaire de danse. Cette sensualité qui fascine dans cette danse (à la fois celle qui danse et celle qui observe), entraîne d'une part une délimitation claire de la masculinité et de la féminité, et d'autre part une sorte de confusion, de lamentations, de plaintes et de contradictions , comme les paroles des tangos, qui reflètent les conflits d’interaction dans une sorte de microcosme social. ça avec ça ou ça "il n'y avait pas de vague et je ne pouvais pas bien danser, mais avec untel ou un autre, je peux me vanter". Pour montrer, vous devez en effet créer une bonne communication au niveau corporel et un jeu de séduction au sein du partenaire de danse. Cette sensualité qui fascine dans cette danse (à la fois celle qui danse et celle qui observe), entraîne d'une part une délimitation claire de la masculinité et de la féminité, et d'autre part une sorte de confusion, de lamentations, de plaintes et de contradictions , comme les paroles des tangos, qui reflètent les conflits d’interaction dans une sorte de microcosme social. ça avec ça ou ça "il n'y avait pas de vague et je ne pouvais pas bien danser, mais avec untel ou un autre, je peux me vanter". Pour montrer, vous devez en effet créer une bonne communication au niveau corporel et un jeu de séduction au sein du partenaire de danse. Cette sensualité qui fascine dans cette danse (à la fois celle qui danse et celle qui observe), entraîne d'une part une délimitation claire de la masculinité et de la féminité, et d'autre part une sorte de confusion, de lamentations, de plaintes et de contradictions , comme les paroles des tangos, qui reflètent les conflits d’interaction dans une sorte de microcosme social.



Il semblerait que le désir d’aimer et d’être aimé par les hommes et les femmes engendre davantage de malentendus et que les obstacles qui contiennent toute demande d’amour se reproduisent dans la danse du tango et puissent avoir la possibilité de les surmonter si nous en tenons vraiment à la réalité. dans ce désir.



«Le tango peut nous apprendre beaucoup de choses sur nous-mêmes et sur notre relation avec les autres. C'est l'une des belles métaphores des relations humaines ", a déclaré France Joyal, organisatrice du colloque international" Tango, Culture et Santé "organisé récemment à l'Université de Trois-Rivières au Québec, et auteur du livre" Tango, corps et corps culturel " Est-ce que le tango est comme un miroir qui nous reflète de manière théâtrale, nos lacunes et nos désirs dans la mise en scène de nos fantasmes les plus profonds. Comme le souligne Lacan, "il n'y a pas de rapport sexuel" et, dans ce sens, on peut considérer le tango comme un acte sexuel non consommé. Il n'y a pas d'insertion et, néanmoins, la danse du tango est une recherche constante de l'enclavement de deux corps qui tentent de construire une rencontre paradisiaque renvoyant l'objet du désir. cet objet désiré et perdu. Cette danse reformule donc, transformé et reconstruit les positions masculine et féminine et donc le lien avec l'autre et avec soi-même.



Posté le 25 juin 2016 par REVISTA EL INCONSCIENTE

Thèse présentée au Comité Tango Santé et Intégration du 16/06/2016 dans le cadre du IVe Congrès international universitaire de l'Université nationale des arts (UNA), Víctor Giusto, Directeur du domaine du folklore de l'UNA et créateur du Congrès., Table coordonnée par Claudio Morgado (UNA) coordination de l'activité, Sara Luparelli, coordination générale du Milonga Colectivo del Placita del Pañuelo Blanc: Pedro Benavente "El Indio".


---.---.---.---.---.--

EL TANGO

Y

SU RELACIÓN

CON LO INCONSCIENTE

Por la Dra. Raquel Tesone

El Tango y sus efectos

psicoterapéuticos



¿Por qué la Danza del tango tiene probados efectos psicoterapéuticos? Como todo arte, ésta manifestación de lo Inconsciente, genera al igual que otras producciones artísticas, una sublimación de la libido que se refleja en la estimulación de las endorfinas. Y además, como valor agregado en esta particular danza, hay un factor que se juega de manera primordial: la profunda conexión emocional que se produce consigo mismo y con el otro. ¿Cómo se gesta esta circulación de emociones? Comienza de la misma manera que cuando salimos al mundo. Allí nos recibe otro y, en ese primer abrazo, nuestro psiquismo se constituye como tal. Spitz ha observado que la depresión analítica en los bebés conlleva un riesgo de muerte. Este desencadenamiento del estado de orfandad afectiva se debe a que sobrevino previamente una muerte psíquica que no es causada por la falta de alimentos, sino por la carencia de contacto emocional que se vehiculiza por el abrazo. Las nodrizas atendían a los bebés y le procuraban la leche, pero falta ese abrazo fundante que nutre y da forma a la psique del cachorro humano. Esa primera experiencia de satisfacción en el vinculo madre/hijo (sea madre o sustituto), esa fusión boca/pecho y la fusión de los cuerpos en el abrazo, es necesaria y constitutiva para el desarrollo de todo ser humano.


Tanto la música y la poesía del tango en conjunción con el contacto de los cuerpos enlazados en espejo que tienden a formar una sola figura, hace que las formaciones oníricas inconscientes se expresen de manera contundente. El estado onírico del soñar es un estado fusional que reenvía la simbiosis con el útero materno, simbiosis que en su forma psicológica se prolonga en el abrazo y en la mirada del otro que nos recibe en este mundo. Estos tres elementos, la música, la poesía y el abrazo, son esenciales ya que a partir del abrazo, los cuerpos se comunican a nivel sensorial, motriz y emocional, y se arma un diálogo con el otro. Este peculiar lenguaje, es el lenguaje de la danza tango, remite a lo Inconsciente y a la movilización de la libido que circula en la dupla de los bailarines. Lo pulsional se representa simbólicamente por el juego de seducción estimulado en el abrazo de la danza, pudiendo llegar a sentir al unísono la música,su poesía y con el plus que otorgan las letras de tangos, plenas de imágenes y fantasías intensas. Por este motivo, podemos intuir la personalidad del bailarín/a con solo verlos bailar o bailando, porque el tango refleja nuestra modalidad de vincularnos con el otro posibilitando una suerte de concientización de los mecanismos Inconscientes que se ponen en juego.


En la danza del tango se expresa todo nuestro ser ya que se vehiculiza y canaliza la emocionalidad que nos liga al otro. Esa sociabilidad que estimula el tango como ningún otra danza lo hace, es otro de los aspectos que hace que el universo del tango tenga múltiples efectos psicológicos a nivel de lo interno y de lo vincular.


Otra característica particular, es que el lazo social que estructura el tango cruza fronteras y su proliferación en el mundo entero es un fenómeno social y globalizado. Se baila y se aprende tango en lugares recónditos del planeta. El tango no discrimina género, edades, clases sociales ni religión, es una danza que mancomunada, por eso, si bien, existen círculos elitistas, el tango forma parte de un movimiento popular integrador, ya que es una puesta en valor de los afectos que circulan al abrazarse con otro/s y entregarse a esta fusión de los cuerpos en un momento histórico-social donde la liquidez y mercantilización de las relaciones humanas, se acrecienta día a día. Entonces, aprender tango, bailar tango, es un trabajo psíquico que sin duda apunta a la salud.


La comunicación emocional

en la

danza

del

tango



La necesidad del abrazo, no parece casual en nuestra época donde el sentimiento de soledad es causado entre otros factores, por la marcada fragmentación del lazo social. El consumismo que pretende obturar o re-llenar artificialmente los deseos o inventar otros adecuados – más que a las verdaderas necesidades de la persona – a las necesidades del mercado, nos lleva a instalar la idea de cosificación del otro, otro como objeto descartable, y no como sujeto deseante. Bailar tango nos reenvía a conectar con el deseo, el deseo de bailar y de ser contenido en un abrazo. La danza tango permite traspasar la angustia de estar separados y poder sentir que “no podemos el uno sin el otro”: somos uno en un solo abrazo. Además, el juego de improvisación se despliega en un acto creativo que se genera y se estimula en ese único e irrepetible contacto con el otro. Somos únicos improvisando con otro quién es también único. Eso nos corre del lugar de creernos objetos y un producto más de una sociedad consumista que fomenta la ilusión de que el deseo puede ser más que satisfecho, consumado y consumido.


Una de las mejores muestras de la relación del Tango con el lazo social comunitario y mancomunado, lo tenemos todos los domingos en Plaza Dorrego al aire libre, con la Milonga de la Placita del Pañuelo Blanco donde cientos de personas bailan y otros son espectadores de un movimiento popular generado por el tango y por uno de nuestros más conocidos representantes del universo del tango desde hace 25 años: “el Indio” Pedro Benavente.


Sonia Abadi, psicoanalista, en su libro “El bazar de los abrazos” hace un recorrido exhaustivo sobre el lenguaje de los diferentes tipos de abrazos. En efecto, a partir del abrazo, hombres y mujeres, podemos sentir si se da una afinidad con el otro para poder bailar el tango. El abrazo nos permite sentir contención, sostén, protección y en más de una ocasión seguridad, porque nos aporta una conexión de inconsciente a inconsciente con ese otro que se torna significativo.


El abrazo en el tango, da respuesta a este sentimiento de vacío generalizado que se comienza a colmar en el encuentro con un otro que contenga y otorgue un sentimiento de completud. Para lograr bailar tango, hay que aprender una técnica para luego incorporarse y “olvidarla”. Esa suerte de “olvido” a la hora de bailar, permite liberarnos en una entrega emocional y una confianza incondicional para con el otro que está más allá de cualquier tipo de entendimiento racional. Al igual que en un análisis, el analista tiene que “olvidar la técnica” para poner el cuerpo en la relación analítica y hacerla jugar desde las emociones que se despliegan en el campo del vínculo transferencial con el analizado. El tango y el análisis comparten en ese sentido ese “entre dos” que se teje de manera inconsciente en relación al otro.


El Inconsciente está estructurado como un lenguaje, afirma Lacan, y el tango nos habla con el lenguaje de lo Inconsciente, de los cuerpos, de las emociones y sobre todo, del deseo. Deseo que se juega con el otro ya que el deseo es deseo del otro y es el motor de la danza del tango, aquello que nos hace vibrar al compás de su lenguaje poético y su música.


Posicionamiento femenino

y

masculino

en la danza

del tango


La danza el tango, en su inherente sensualidad y seducción, estructura el posicionamiento femenino y masculino en base a la identidad de cada uno de los partenaires. Por ejemplo, escuchamos decir “me siento revalorizada como mujer desde que bailo tango”, debido entre otras causas, a que pone de relieve y de movida, un cuestionamiento de la femineidad.



Paradojalmente, a la independencia económica y social que ha adquirido la mujer en nuestros tiempos (pese a que falta mucho para llegar a la igualdad de condiciones en el mundo laboral), en el tango el esquema de roles permanece como era en otra época. El hombre que lleva y guía y la mujer que acompaña, si bien estos roles no son estereotipados, ni deberían serlo, ya que ambos están activos para que se produzca esa suerte de diálogo, también puede proponer. Estos roles diferenciados, ya sea que lo ejerza intercambiable mente el hombre y la mujer o se baile entre hombres o bien, entre mujeres, nos ubican dentro de la danza tango en una especie de armonía del Yin/Yang.


En el abrazo, el que conduce, envuelve al otro y lo contiene desde un lugar masculino, el otro se deja envolver y llevar, en un rol más receptivo y más propio de lo femenino, y es un rol que no tiene porqué ser pasivo, para desencadenar lo intuitivo y la capacidad anticipatoria del movimiento del otro.


Bailar tango es traspasar la angustia de la separación, por eso es muy común escuchar a las personas que luego de un divorcio se le abre el deseo de aprender a bailar tango para poder sentir que existe “el uno sin el otro”. Somos uno en un solo abrazo. ¿Será por esto que los habitués a la milonga, dicen sentir un tipo de “adicción” al tango, como si el tango les inyectara adrenalina? En relación a esto, un compañero de tango nos cuenta que “la milonga es mi segundo hogar. Desde que me separé de mi mujer vengo todos los días y cambio mi forma de ser y mi vida misma”.


Hay tantos estilos de bailar tango como parejas que lo baile. Según cada pareja de baile, el compás de la música, su poesía, notaremos que la creatividad y la estética difieren en cada pareja de bailarines. Algunas bailan con un abrazo más cerrado y otros, más abierto, regulando la distancia con el otro, siendo parte fundamental de la creación de momentos de comunicación de este peculiar lenguaje. Algunas parejas usan una forma u otra forma de abrazo alternativamente en el mismo tango. La fascinación que ejerce el tango desde lo visual, radica en que esos dos cuerpos al estar compenetrados en una interdependencia y en el abrazo, parecen formar una sola y misma figura.


Trabajo de reconstrucción

de la subjetividad

femenina y masculina

a

través de la danza

del

tango


El juego de miradas que se cruzan para comenzar a bailar, imprime desde el inicio un ritual cargado de erotismo y sensualidad, ritual que como sabemos, conforma un cortejo muy singular. Allí, se expresan las fantasías del imaginario de toda una comunidad y que constituye nuestra identidad popular. Esta comunicación corporal y gestual donde la mirada juega un rol fundamental, nos conecta con lo puramente emocional, al punto que se capta rápidamente la personalidad del otro (“es un criticón, no disfruta y no para de corregirme” o “no me sigue, es una mujer muy dominante”)


En el lenguaje de esta danza, quién ejerce el rol femenino, tiene que involucrarse de forma tal que tiene que fluir intuitiva e intensamente a la propuesta muda masculina. Si bien, requiere una enorme concentración, es un gran ejercicio de la sensibilidad femenina (en el hombre de su parte femenina), no anticipar ni retrasar el paso de quien guía, para lo cual, hay que aprender a escuchar al otro. Los dos partenaires deben conservar su propio equilibrio y mantener su eje, los cuerpos tienen que adaptarse. En el rol masculino, existe el reto de expresar claramente la intención del paso con su torso para lograr que el otro lo escuche. En ese sentido, el tango es una metáfora de la comunicación en la pareja. Por eso, muchas personas se frustran durante el aprendizaje, y tanto los problemas emocionales como los problemas de comunicación, se proyectan en la danza, sintiendo un grado de insatisfacción o bien culpabilizando al otro porque no baila “como corresponde”, cuando no existe en el tango “lo que corresponde”, como diría el maestro Dinzel: el error es creatividad.


Es evidente que el tango no se reduce solamente a una trabajosa y meticulosa técnica, ya que contiene una serie de complejidades a nivel de las diversas emociones que se desatan a nivel de lo Inconsciente. Una compañera que baila con su pareja y que se destacan bailando, comenta que desde está con problemas con su pareja ya no bailan tan bien como antes: “¡no nos entendemos ni bailando tango!”. Esa falta de entendimiento era algo tan visible que cuando explico el motivo, nos llamó mucho la atención la magnitud en que esa situación íntima había interferido en la pareja de baile. Por esto, otra de las particularidades del tango, es que aún quienes son expertos en la técnica del tango y lo bailan desde hace muchos años, reconocen que el entenderse con el otro, no pasa por la “culpa” de uno o del otro, o de si alguno baila “mejor” que el otro, sino por la corriente que circula en esta singular dupla. Por eso, se suele decir en la milonga, que con aquel o aquella “no hubo onda y no pude bailar bien, pero con fulana o mengano me puedo lucir”. Para lucirse, en efecto, se tiene que gestar una buena comunicación a nivel corporal y un interjuego de seducción dentro de la pareja de baile. Esa sensualidad que hechiza en esta danza (tanto al que baila como al que observa), trae aparejado por un lado, una clara delimitación de la masculinidad y de la femineidad, y por otro, conlleva una suerte de confusiones, lamentos, quejas y contradicciones, como las letras de los tangos, que reflejan los conflictos de interrelación en una especie de microcosmos social.


Parecería que el deseo de amar y ser amado tanto para hombres y mujeres, engendra más de un desencuentro y esos obstáculos que encierra toda demanda de amor, se reproduce en la danza tango, pudiendo tener la oportunidad de superarlos, si es que realmente nos sostenemos en ese deseo.


«El tango puede enseñarnos mucho sobre nosotros mismos y sobre nuestra relación con el otro. Es una de las bellas metáforas de las relaciones humanas », opina France Joyal, organizadora del coloquio internacional « Tango, cultura y Salud » realizado recientemente en la Universidad de Trois-Rivières de Quebec, y autora del libro “Tango, cuerpo y cuerpo cultural”. Es que el tango es como un espejo que nos refleja de manera teatral, nuestras carencias y deseos en una puesta en escena de nuestras más profundas fantasías. Como señala Lacan, “no hay rapport sexual” y en ese sentido, podemos pensar al tango como un acto sexual no consumado. No hay encastre y, sin embargo, la danza tango es una búsqueda constante de encastre envolvente de dos cuerpos que intentan construir un encuentro paradisiaco que reenvía al objeto de deseo, ese objeto deseado y perdido. Esta danza por lo tanto, reformula, transforma y reconstruye la posición masculina y femenina, y por lo tanto, el vínculo con el otro y con uno mismo.


Publicado el junio 25, 2016 por REVISTA EL INCONSCIENTE

Disertación presentada en la Mesa de Tango, Salud e Integración realizada el 16/06/2016 en el marco del IV Congreso Universitario Internacional de la Universidad Nacional de las Artes (UNA), Víctor Giusto, Director del Área Transdepartamental de Folklore del UNA y creador del Congreso., Mesa coordinada por Claudio Morgado (UNA) coordinación de la actividad, Sara Luparelli, coordinación general Colectivo Milonga de la Placita del Pañuelo Blanco: Pedro Benavente “El Indio”.